Torvilliers - Aube - champagne méridionale -829 habitants en 2006 - Ce site tente de retracer une partie de l'histoire du village de Torvilliers - http://www.torvilliers.com
Site en conctruction... Participer ....
 
 
IMAGES PHOTOS
HISTOIRE
Administration
Lieux
Site web

CHEMIN D'ERREY
voie romaine de troyes à Sens , courant du nord-est au sud-ouest, au sud de la route impériale n°60, de Nancy à Orléans, au nord du village. Largeur de l'emierrement 7 mètres, épaisseur de 0.75 à 0.80 m; la couche supérieure construite avec du mortier, épaisseur 0.55 m.

LA BRIQUETERIE : Briqueterie, commune de Torvilliers, vendue comme bien national.(Aube, 1Q, 26, n

LA FOLIE : Lieux-dits, commune de Torvilliers.(cadastre).

LA VOIE BEURRE : Hameau, commune de Torvilliers. (statistique postale).

LA MAISON COMMUNE : ancienne mairie et ancienne école

MONTBERNANGE : Bois, commune de Prugny (cadastre). Colline, commune de Torvilliers (Dictionnaire topographique). Le bois de « Monbrenanche » était dit, en 1704, situé à environ à une lieue et demie de Torvilliers.(Aube 5B 241 fD 1 r°). En 1603, les habitants de Torvilliers avaient « droit d'usaiges et paisturages d'une contrée de bois, proche dud Torvilliers, vulgairement appelé Monbrenache. N'ayant (les dits habitants), pour la stérilité et infertilité du lieu, autres commodités pour nourriture et paisturage de leur bestiol ». Il y a, aux archives communales de Torvilliers, deux plans du bois de Montbernange de 1752 et 1769.

NAGO ou NAGOT : Fontaine, ruisseau affluent de la Vienne, rive droite. Château, ancien hameau, commune de la Rivière de corps. La fontaine est aussi appelée Fontaine Napoléon.

NUISEMENT : Ferme détruite (?), commune de Torvilliers. Elle semble détruite. Le dictionnaire topographique ne le dit pas et n'indique de forme ancienne. Cette ferme figure encore sur la carte de Leloup (1864), et dans l'atlas de l'Aube (1875), mais ce dernier a utilisé les plans cadastraux qui sont bien antérieurs. L'Etat Major et l'Intérieur sont muets en ce qui la concerne. Elle est indiquée au Nord, dans l'angle formé par le chemin qui va de Torvilliers à la route nationale et par la limite de la Rivière de corps. Cassini la marque. D'après Boutiot, ce Nuisement serait celui qui appartenait jadis à la famille Paillot (Histoire de Troyes, IV, 232). Le premier seigneur de cette famille, fut en 1618 et 1621, Jean ler Paillot, premier échevin de Troyes, qui avait contribué très activement en 1594 à la soumission de la ville de Troyes à Henri IV. (Archives de Maître de Lamothe, Titres Paillot). Il avait épousé Marie de Corberon, puis Anne le Maistre. Les généalogies lui donnent pour successeur en la seigneurie de Nuisement, son fils aîné, Jean II, né du second lit, qui fut élu en l'élection de Chaumont en Bassigny, maire de cette ville de 1634 à 1638, et aussi seigneur de Nourry (commune de Chaumont, aujourd'hui le Château Paillot), érigé en franc alleu noble en 1637 (ibid).
Cette Terre a été achetée par Gaston Jean Baptiste Motet, Procureur de Troyes au Baillage de Troyes, savoir, pour un tiers, le 11 septembre 1730, de Jean Baptiste Trousseau, huissier royal,et pour deux tiers, le 15 du dit mois, de François et de Pierre Trousseau, frère de Jean Baptiste sus nommé. En 1769, elle dépendait de la succession de Pierre Rémi Madeleine Motet, seigneur de Torvilliers pour moitié, petit fils de Gaston Jean Baptiste Motet (note de M. Morin, d'après minute de Lasneret, notaire à Troyes, aujourd'hui Etude Lamairesse).

VORIO - VORIAU - LA VOIE HARIOT - VOREAU = voie royale ?
Voie romaine de Troyes à Auxerre servant de limite au finage de l'est.

 

VAUCELLES : Clos à Torvilliers ?. Une extente du comté de Champagne nous apprend que le Comte avait un clos au finage de «Vaucelles », et un autre à Torvilliers.(Longnon, Documents 11,12). Des comptes de la Terre de Champagne en font aussi mention. En 1287, le Roi a « la maison du clos de Waucelles et de Torviler ».(ibid, III, 34); de même en 1288 (ibid, 72). En 1340, la maison du « Cloux de Vaucelles et de Torvilliers ».(ibid 268).

YERRE ou HYERRE : Lieu détruit vers Torvilliers. En 1290, l'Abbé de Dilo vendit une coupe « de son bois qui est diz l'espinoiz ou val d'Ierre... ».(Longnon, documents III? 107). Un autre document nous apprend que «Hyerre » était un lieu habité : Vers 1290, il y avait parmi les usagers de la châtellerie de Villemaur, les habitants de «Hyerre, de Ville Arcel (Riancey), de Torvilliers » pour le bois de « Fouchière, dessus Yerre : environ mille arpens. A Yerre, environ XXX feus, A Ville Arcel, environ XX feus. A Torvilliers, environ LXX feus... » (ibid, II, 191)